25 – L’OUVERTURE

Q. Qu’est-ce que l’ouverture?

R. L’ouverture est la caractéristique fondamentale de l’être. Elle constitue une mise au monde des potentialités latentes de l’univers. Par l’ouverture, l’homme laisse être toutes choses.

Q. Quel est le plus grand mérite de cette définition de l’ouverture?

R. C’est de réduire à néant l’opposition classique de l’intérieur et de l’extérieur. La vie intérieure de l’être ouvert ne fait qu’une avec sa vie extérieure. L’ouverture implique la conversion complète de ces deux pôles de vie l’un dans l’autre. La conséquence d’une telle attitude est immense. Rien n’est étranger à l’être ouvert. Sa pensée ne s’oppose plus au monde. Il vit à travers les autres comme à travers lui-même. Il est ceci; il est cela, apprenant sans cesse à retrouver son visage sur le visage des autres. Il est accueillant à l’égard du monde. Il ne se refuse pas; il ne cherche pas à suspendre son adhésion au monde. Tous ses mécanismes de défense tombent. Autrui est un autre lui-même.

Q. Quel est le rôle de la communication dans l’ouverture?

R. Communiquer consiste à rendre possible l’ouverture d’autrui en vertu de notre propre ouverture. L’ouverture appelle l’ouverture.

Q. Comment acquérir l’ouverture?

R. En devenant attentif à son existence sans en exclure aucun aspect. L’ouverture exige une conscience constante de son être dans son tout comme dans ses parties. La culture tend à spécialiser l’ouverture. C’est pourquoi il faut sans cesse revenir à la préoccupation de la nature.

Q. À quelle occasion de la vie humaine l’ouverture est-elle la plus favorisée?

R. C’est au cours de la fête. La fête est le moment où l’homme accepte de s’abandonner à ses tendances profondes au nom de ce qui est sacré pour lui.