18 – LE JOVIALISME

Q. Qu’est-ce que le jovialisme?

R. Le jovialisme constitue une vision intégrale de l’homme et de l’univers fondée sur l’optimiste, le bonheur et la communication chaleureuse. C’est une philosophie qui prétend réconcilier tous les hommes: occidentaux ou orientaux, marxistes ou capitalistes, riches ou pauvres, jeunes ou vieux, malades ou en santé. Tous cherchent le bonheur, même quand ils se combatent. Donc, tous peuvent être jovialistes sans cesser d’être eux-mêmes. La philosophie jovialistes représente un maximum acceptable par tous.

Q. Qu’est-ce que la jovialité?

R. La jovialité est l’expression du bonheur de vivre dans la certitude de l’énergie.

Q. Qu’est-ce qui caractérise le jovialiste?

R. Un inlassable optimisme, une ouverture indéfectible à l’univers, un humour conscient. Le jovialiste est un homme qui croit en lui et n’accorde son amitié qu’à ceux qui sont eux-mêmes. Chez lui, le bonheur d’être soi-même supplante l’amour des autres.

Q. Comment s’exprime surtout la jovialité?

R. Par le sourire. Le sourire est le moyen d’expression le plus profond et le plus simple de la jovialité. Pour celui qui sait, l’univers est constitué de sourires.

Q. Comment vivent les jovialistes quand ils sont en groupe?

R. Ils sont ouverts les uns aux autres, s’adonnent à la fête et célèbrent le bonheur de vivre. De leur joie vient leur force.

Q. En quoi le jovialisme diffère-t-il du christianisme?

R. Par sa conception de l’être. Autrefois, on disait: « Aimez-vous les uns les autres » et « Tu ne jugeras pas ». Aujourd’hui où l’idéal du bonheur surclasse celui de l’amour, on accorde plus d’importance à l’être. C’est pourquoi il faut juger, car c’est par le jugement que se manifeste l’être et que l’amour reprend sa place véritable. Il n’y a pas une opposition réelle entre le jovialisme et le christianisme, surtout si l’on se penche sur cette parole de Jésus tirée de Saint Matthieu: « C’est la miséricorde que je désire et non le sacrifice ». Malheureusement, le christianisme demeure une philosophie de l’amour, et en ce sens, il est impuissant à changer le monde ou à sauver les individus de la panique où les plonge leur manque d’être. Seul le jovialisme peut faire que le christianisme ne soit pas un échec total en lui apportant les secours d’une vision du monde orientée au développement de l’homme dans l’acceptation intégrale de soi au lieu d’une attitude de justification de soi devant la menace du péché. Le temps de Jésus est passé; c’est maintenant le temps du Grand Jovialiste!

Q. Quel est le symbole du jovialisme?

R. C’est la rose, mais la rose sans la croix, car il est possible de s’épanouir sans souffrir. Le temps du sacrifice est révolu.

Q. La joie joue-t-elle un rôle très important dans le jovialisme?

R. Définitivement. La joie est la satisfaction de la réussite. Elle représente le secret équilibre de la conscience éveillée. Certes, elle n’est pas spécialisée comme le plaisir ou englobante comme le bonheur, mais elle est profondément dynamique et permet l’exaltation du Moi.