1 – L’ABSOLU

Q. Qu’est-ce que l’Absolu?

R. L’Absolu est le centre de référence de notre vie. Il n’a de sens que dans la mesure où il nous renvoie toujours à nous-mêmes.

Q. L’Absolu est-il Dieu?

R. Non. L’Absolu n’est pas Dieu. Il est ce sur quoi tous les hommes s’enten-dent quand ils parlent de Dieu pour l’affirmer ou le nier.

Q. Chaque homme possède-t-il un Absolu qui lui est propre?

R. Oui. Chaque homme a un Absolu. Mais comme l’Absolu est à l’image de l’immensité qui l’a inspiré, l’Absolu d’un homme ne peut que rencontrer l’Absolu de tout homme.

Q. L’Absolu est-il donc si concret?

R. L’Absolu n’a de sens qu’immanent au relatif. La découverte et la mise au monde de l’Absolu n’impliquent donc pas une évasion, mais une intégration.

Q. L’Absolu existe-t-il en soi et par soi?

R. Non. L’homme fait l’Absolu à partir de ce qu’il découvre d’infini en lui. Ce qu’il réalise alors le dépasse. Son oeuvre est si grande qu’il se laisse à son tour enfanter par elle. C’est pourquoi il est dit que l’homme est fils de ses oeuvres.

Q. Pour quelle raison l’homme cherche-t-il à se donner un Absolu?

R. C’est afin de mieux s’apparaître tel qu’il est. L’acte par lequel chaque homme met au monde l’Absolu est le même acte par lequel il se conquiert lui-même.

Q. L’existence de l’Absolu oblige-t-elle l’homme en quelque façon?

R. Non. Notre Absolu n’est pas un Dieu qui exige des prières, mais une force qui ne vit en nous que par la suppression des limites, des bornes, des liens.

Q. Comment l’homme entrevoit-il l’Absolu?

R. L’Absolu prend des formes et des visages empruntés à notre vie et nous apparaît peu à peu comme une vaste fresque que nous laisseraient deviner les profils successifs de notre ambition.

Q. L’homme peut-il trouver son Absolu partout?

R. Oui. Son Absolu peut être de manger copieusement, de séduire le sexe opposé, de vaincre au combat. Mais son Absolu peut être aussi d’as-sumer son salut, de sauver son âme ou de prier Dieu. Ce qui est important ici, c’est de ne pas confondre l’Absolu avec la visée qui lui est sous-jacente. Dieu est contingent par rapport à l’Absolu, car l’Absolu est le domaine de la liberté la plus totale. Chacun se donne l’Absolu qui lui convient. Mais person-ne ne peut faire que l’Absolu ne soit pas absolu.

Q. Qu’est-ce que l’Absolu apporte à la vie?

R. L’Absolu apporte l’équilibre. Il représente la coïncidence de la liberté et du destin. Ce qui autrefois s’imposait à l’homme nécessairement devient soudain voulu librement.

Q. A quel signe reconnaît-on l’Absolu chez un individu?

R. A sa façon de se comporter envers le relatif. Où pourrait-on mieux trouver l’Absolu que là où il y a le plus grand manque d’Absolu, c’est-à-dire, dans le relatif? C’est donc dans son attitude à l’égard du relatif qu’il faut chercher une réponse à cette question.

Q. Pourquoi certaines personnes semblent-elles n’avoir pas trouvé leur Absolu?

R. Parce qu’elles n’ont pas osé s’installer au cœur de l’Absolu dès le départ et qu’elles se sont données des délais pour le découvrir.